12/03/2007

Les sociétés de performance.

homme orchestre ménage

L’activité, la rentabilité, le bon rapport de performance, le faire optimisé.
Faire, faire et encore et tout en même temps.
Manger en discutant en tapant un sms en pensant à la réunion de l’après-midi en écoutant les infos en matant le beau cul qui passe en fumant une cigarette en buvant un bon vin.
Qu’a-t’on fait vraiment ?
Nous sommes devenus le modèle de réussite d’une espèce cosmopolite aux particularités adaptatives particulièrement efficaces.
Est-ce cela l’avenir sélectif de la vie sur terre ?
Nos élites aux valeurs rentables et les suppléances télévisuelles débilitantes comme remède occupationnel aux syndromes de manque d’action, nous font croire que rien n’est pire que de ne rien faire. Or, qu’est-ce que c’est que de ne rien faire ? En somme ce dont nous avons peur n’existe pas, comme toujours c’est un spectre qui nous tient enchaîné.
Faire tout et tout faire. Ou l’impossibilité déguster le temps.

11:30 Écrit par skoliad dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.