28/06/2007

Petit jeu de gare.


Le pouvoir de l’information.
L’information est déjà un pouvoir, bien avant de la diffuser, justement avant.
Un pouvoir c’est pouvoir faire.
Avoir l’ascendant sur les choses, les gens.

Prenons le nettoyeur de la gare. Il a tout le quai à se taper sur son destrier orange. Le quai est désert, sauf un petit groupe de personnes près de l’escalator. Ils attendent le train qui arrive dans deux minutes. Il n’a que deux minutes de pouvoir, notre héros ; c’est donc de ce côté-là qu’il commence, neuf fois sur dix. Quitte à bousculer mamie et bagages, il travaille, lui. C’est un gentil petit exercice que je recommande à tout le monde : vérifier comment nous autres humains nous servons de l’ascendant que nous avons sur autrui, comment nous en abusons en permanence. C’est très facile à faire en tant qu’observateur, on perçoit rapidement les liens entre les groupes avec ce simple jeu d’observation. Moi je suis devenue experte dans les nettoyeurs de gares, on a les fantasmes que l’on peut. Mais cela est aussi valable pour le gars du guichet, surtout s’il fini sa journée ; comme de la jeune femme, genre brune de 33 ans, en retard comme d’habitude, qui regarde d’un air insistant l’horloge et le joli garçon devant, en souriant tranquillement et qui abuse franchement, mais qui remercie poliment. Le gars du guichet a quand même un avantage sur la jeune femme car non seulement il détient le billet mais surtout l’information. Le sourire ça passe qu’une fois sur deux. Parole de brune.

11:59 Écrit par skoliad dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.