20/08/2007

Méthodes pédagogiques.

 

J’ai découvert nuitamment un jeu pour enfant, tout à fait remarquable de pertinence, de tout point de vue. L’idée est simplissimement géniale : il s’agit d’une grosse rondelle de caoutchouc tournant sur un socle légèrement incliné par rapport à l’horizontal. De loin ça ressemble à un tourniquet ordinaire. Mais quand on s’assoit au sommet le poids de notre propre corps nous faire descendre. De toute façon l’idée n’est pas de s’asseoir mais bien de marcher et rapidement courir sur ce véritable tapis roulant. Evidement plus on va vite, plus l’équilibre est précaire et la chute imminente. L’objectif, me semble-il, est d’arriver au point culminant et de s’y maintenir par je-ne-sais quel procédé de haute voltige. A moins de surfer, désinvolte, la descente. Toujours est-il que je n’y suis jamais arrivée. Aussi je me venge du maudit engin en acclamant l’incroyable pertinence d’un tel objet dans les parcs de jeux. A l’évidence, quelle belle démonstration de vie pour les chers bambins. Petits, ils font connaissance avec les lois de Newton ; plus grands, ils ont un aperçu de la perverse course vers le sommet d’un grand cirque, pardon : cercle.

 

06:15 Écrit par skoliad dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

il n'y a pas d'équilibre dans l'immobilisme

Écrit par : N | 19/09/2007

Les commentaires sont fermés.