21/11/2007

Les moustiquaires.

Moustiquaire

A Kinshasa et Kisangani j’ai dormi dans de grands lits où les moustiquaires faisaient comme des voiles au-dessus de moi. Les courants d’air du ventilateur gonflaient les pans latéraux et emportaient le navire-lit jusqu’aux canopées. J’imaginais alors la forêt vue du ciel, de gros brocolis touffus, comme des nuages verts sur lesquels on pourrait sauter. D’arbres en arbres sur mon voilier léger.
Ici je dors dans un ancien couvent. Le lit est d’une place. La moustiquaire prend des allures de voile pour vierges promises à Dieu ou à un homme. J’ai le visage cerclé de blanc et m’empêtre souvent dans cette prison de mes nuits. J’y respire mal. Les courants d’airs ont cessé car le climat tempéré de la région ne justifie plus le ronronnement nocturne d’une hélice. Il y fait moins chaud, c’est plus confortable. Mais c‘est la saison du temps lourd ou humide, à rendre les pages molles, inutilisables.
Heureusement les matelas sont toujours très fermes. Je n’aurais pas mal au dos.

 


20 novembre 07

06:03 Écrit par skoliad dans RD Congo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

dormir dans un couvent tu avais déjà connu un lit de couvent, finalement... ;-)

prends soin. si tu as besoin d'un colis de citronnelle, dis!

Écrit par : Milady | 21/11/2007

Les commentaires sont fermés.