27/02/2008

Les papas coupe-coupe.

C’est l’histoire sans histoire des papas coupe-coupe. Les papas coupe-coupe ont des bras et tondent l’herbe avec leur coupe-coupe. Coupe-coupent les herbes, les petits vieux alignés. Tchac-tchac, en mouvements involontairement synchronisés des hommes qui travaillent ensemble. Coupe-coupe les papas dans la verdure qui ne cesse de pousser. A peine fini qu’il faut recommencer. Les papas sont toujours occupés. Coupe-coupe. Tout autour, tournent et rasent, tout  le tour de l'immense barbe végétale. Comme des danaïdes courbées sur la terre fertile.

Je fume ma cigarette sur l’escalier, et je regarde les papas couper. Ils avancent tout de même assez vite, à la sueur de leurs bras. Les machettes comme de grands pendules, coupe-coupe l’herbe haute. Quelque part loin de mon escalier, il y a des tondeuses à gazon, des usines à faire des briques et des parpaings, des poulets prêts à manger, des légumes en boites, des idées toutes emballées, des soirées télé, des gens connectés, isolés, désynchronisés. Quelque part il y a une bulle, deux bulles, dix milles petites bulles de non-sens, loin de ma petite bulle tout aussi absurde, juste différente. Et quelque part, tout près de moi, j’avais presque oublié ça en chemin, il y a l’herbe qui grandit. La facilité des lames motorisées me fait doucement rigoler. Vraoummmmm. Ça m’a toujours ennuyé ces bruits de moteurs le dimanche matin, juste quand je dors si bien. Je préfère nettement mes papas tchac-tchac. C’est l’histoire sans histoire des papas coupe-coupe qui me bercent de l’instant recommencé. C’est l’histoire sous l'histoire d’un monde qui n’existe pas, c’est l’histoire historique de plein d’univers qui s’entrechoquent et repoussent toujours plus vite que les lames de mes pensées.

Tchac-tchac. Un papa s’arrête et me sourit. C’est lui qui a raison, je le regarde depuis trop longtemps. Ma cigarette finie, je n’ai plus d’alibi. Je me lève.  

 

26 févr. 08 

11:42 Écrit par skoliad dans RD Congo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

coucou soeurette comment va ? comment se porte l'Afrique, le village, les habitants et tout et tout ???
Je pense à toi...
Gros Bisous

Écrit par : titi | 25/03/2008

Les commentaires sont fermés.