01/11/2008

J-2

J’essaye de faire mes bagages. J’ai cet immense privilège de vivre mon départ en écho différé : le sac demain, la fille dans 2 jours. Et franchement, j’ai beau penser aux bains chauds qui m’attendent, à la choucroute de Maman et à des grasses matinées de 3j, j’apprécie moyennement le trip du bagage à faire de manière anticipée. Je suis du genre à boucler le sac 1h avant le départ. Je suis aussi du genre à ne jamais dire Adieu. Ce départ, c’est vraiment pas mon genre.

Et puis il fait froid en Europe. Une idée soudaine : j’vais même pas sortir de l’aéroport. Direct sur le premier guichet pour le premier vol. Je reste en tongue. Bonne idée.

J’essaye de faire mes bagages et je tourne en rond. Voilà ce qu’il se passe à J-2. Je tourne en rond ce soir comme toute la journée. Je tourne en rond dans ma tête, dans mes yeux embrumés. Pathétique.

Il y a 6 mois de ça, je vivais exactement l’inverse. Partir de cet enfer. Je vous emmerde, vous êtes tous des cons même moi. Tu vois le genre. Et là, paf, deuxième effet kiss-cool, je suis lamentablement effarée à l’idée de partir. Les quitter. Ne plus les revoir. Un vrai drame dans ma tête de grande pétasse.

Une autre idée géniale, tout à coup : revenir. Oui, c’est ça, tout simplement. Y a qu’à revenir. Hein qu’elle est bonne l’idée. Plus d’adieu, plus de drame. Je pars juste en vacances. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt, on se le demande.

J-2, c’est l'angoisse du cul entre 2 continents.

 

08:12 Écrit par skoliad dans RD Congo | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

autant, revenir pour mieux repartir c'est une idée noble, autant les tongues en Europe, ça vaut pas le coup!!

Écrit par : Emmy | 03/11/2008

Les commentaires sont fermés.